Sociologie d'une porte de frigo ou l'art de "magnétiser" son quotidien

Les visiteurs de mes expositions ne manquent pas de repartir avec de précieux éclats de bouteilles de gaz (pacifiques) montées sur un aimant. Arrivés chez eux, ils se précipitent sur leur frigo adoré pour lui offrir la modeste sculpture en couleur. Là un cœur, ici un nuage, ou encore un trèfle (à 4 feuilles évidemment)...
Livré en pâture aux brebis, coincé entre une sainte vierge décapsuleur et un van de babacool, rythmant un alphabet en plastique ou toisant Staline, le cœur magnétique, au même titre que tous ses copains plaqués sur la tôle, est témoin de nos vies. Témoin de nos matins difficiles, du chat qui fait des conneries tout seul en journée, du gamin qui se goinfre en cachette d'une pâte à tartiner chimique, du repas de fête, du casse-croûte sur le pouce ou encore des discussions les plus sérieuses et graves qui soient dans la maison. Car c'est bien dans la cuisine que tout ce joue. C'est là que l'on prend les vraies décisions, que l'on prépare le terrain, que des choses se disent tout en faisant "autre chose" pour se donner une contenance... C'est là que l'on prépare un repas en dégustant un bon verre de vin ou que l'on verse des larmes en silence, sans forcément émincer les oignons... La cuisine c'est la vie de nous tous. C'est un honneur pour moi que mes plus modestes sculptures vous accompagnent dans votre vie, chaque jour, chaque fois que vous pénétrez dans cette pièce magique... Merci ! Qu'elles vous portent chance !
Que cette collection s'étoffe...